Comment Perfectionner le Coup de Pied d’arrivée ou le Sprint d’arrivée dans une Course ?

Vous voulez être sûr d’avoir une bonne dose de vitesse pour pouvoir dépasser vos adversaires lors du sprint final ? Voici comment les athlètes peuvent se préparer à un sprint final puissant.

Vous avez sans doute regardé de nombreuses courses au fil des ans et vous avez remarqué qu’elles sont souvent remportées par un coup de pied final ou un sprint vers la ligne d’arrivée. Vous vous demandez peut-être aussi comment ces athlètes terminent une course en courant si vite. Il y a plusieurs causes à cela, et presque toutes peuvent être attribuées à l’entraînement avant la course.

Perception de la vitesse

Il est essentiel de comprendre comment différentes personnes perçoivent la “vitesse” et comment cela peut causer des problèmes. Par exemple, un sprinter capable de parcourir le 100 mètres en moins de 10 secondes estimera que c’est rapide, tandis qu’un coureur capable de parcourir le 100 mètres en moins de 10 secondes en rira, car il lui faudra plutôt 12 ou 13 secondes.

Un sprint final est le fruit de la force

La force que les athlètes ont accumulée au fil des ans est ce qui leur permet de sprinter sur la ligne d’arrivée, puisqu’elle leur permet de courir suffisamment bien pour les 100 derniers mètres tout en étant assez fort pour commencer à prendre de la vitesse. L’objectif est de se sentir aussi frais que possible lorsque la course touche à sa fin, afin d’avoir l’énergie nécessaire pour réaliser un sprint final.

Même si ce n’est pas aussi rapide que vous le pensez, c’est toujours beaucoup plus rapide que la vitesse à laquelle le reste de la course a été couru. Par conséquent, maintenir un rythme régulier à la fin de la course tout en étant conscient que la ligne d’arrivée est en vue demande plus de force qu’une vitesse fulgurante.

C’est en partie mental. Peu importe à quel point vous êtes épuisé à la fin de la course, vous serez toujours capable de faire un effort supplémentaire, même s’il ne s’agit que d’un sprint final de 20 mètres. L’idée est de garder cela à l’esprit, de vous mettre en forme et d’être prêt à étendre votre gamme de sprints à la toute fin.

Le rythme est important

L’entraînement que vous effectuez avant votre course est crucial pour vous assurer que vous serez suffisamment fort et pour vous aider à apprendre le rythme. Votre sprint final devra attendre votre prochaine course si vous faites l’erreur de commencer la course trop rapidement. Lorsque la course sera terminée, vous serez épuisé et incapable de passer à une autre vitesse.

Mélangez vos entraînements

Lorsque vous vous préparez, par exemple, pour un 10 km, vous devez courir à un rythme plus rapide que celui de votre course. Après tout, vous ne pouvez pas espérer sprinter jusqu’à la ligne d’arrivée si vous ne vous êtes pas entraîné à cette vitesse. Vous vous améliorez en courant à un rythme spécifique, plus vous le faites de fois. C’est pourquoi vous devez varier vos entraînements et vous concentrer sur toutes les zones d’entraînement. Bien entendu, vous devez vous concentrer davantage sur la vitesse à laquelle vous souhaitez courir pour la distance de course que vous avez choisie.

Sessions de sprint

Les coureurs de fond s’efforcent surtout de se renforcer plutôt que de s’entraîner pour un sprint final. Incluez toujours un peu de course dans vos entraînements, à un rythme qui vous permettra de terminer la course.

En fait, cela signifie que vous devez vous entraîner à l’allure la plus rapide à laquelle vous pourriez courir à un moment donné de la course. Pour ce faire, utilisez des répétitions plus courtes, comme 200 m, et effectuez-en 10 à 20 rapidement (pour l’individu). Cela entraînera votre corps à courir rapidement même si vos jambes sont fatiguées, ce qui est exactement ce que vous ressentirez à la fin de la course. Cela habituera également vos jambes à courir plus vite que d’habitude.

Faites des foulées à la fin de votre entraînement.

Courir sur de plus longues distances et s’entraîner au rythme de la course sera bénéfique si vous vous préparez à une épreuve longue, comme un 10 km. Les foulées vers la toute fin des courses et des séances sont une bonne tactique. Vous apprendrez ainsi à votre corps à faire des foulées lorsque vous êtes déjà fatigué, ce qui correspond exactement à ce que vous ressentirez à l’arrivée de la course (au lieu de sprinter à fond, ce qui augmente le risque de blessure).

Les foulées permettent également d’éliminer l’acide lactique qui s’est formé pendant les répétitions précédentes. Le lendemain, vos jambes se sentiront nettement mieux.

Terminez la course par six à dix foulées de 100 mètres, ce qui réduira considérablement toute douleur que vous pourriez ressentir à cause de la course elle-même ou de l’entraînement de la veille. Essayez-le ; je parie que vous remarquerez une énorme différence entre votre première et votre cinquième foulée dans la façon dont vous vous sentez. Laissez-vous autant de temps que nécessaire entre chaque foulée jusqu’à ce que vous soyez prêt à reprendre. Le but est de faire bouger les jambes plus rapidement et de se sentir mieux à la fin de la séance ; il ne s’agit pas d’un entraînement rigide. Le simple fait de faire cela aide les jambes à se rappeler ce que l’on ressent en courant rapidement sur les 100 derniers mètres de la course.

Entraînement en montagne

Un autre élément d’entraînement qui peut vous aider à améliorer votre sprint est la course en côte. Courir en haut d’une colline sera plus difficile que de sprinter sur une surface plane en raison de la résistance de la pente. En courant en côte, vous devrez également travailler davantage votre technique. Pour monter rapidement la colline, vous devez conduire vos bras et obtenir un bon soulèvement des genoux. Si vous pratiquez cette technique assez souvent, vous vous y habituerez et serez en mesure de “pousser” beaucoup plus efficacement lors du sprint.

Rappelez-vous, vous trouverez presque toujours un sprint

Au fil des ans, je me suis rendu compte que peu importe à quel point vous êtes épuisé à la fin de la course, il vous reste toujours de l’énergie pour une dernière poussée de vitesse. Il y a presque toujours une autre vitesse, même si vous ne le pensez pas. C’est le mécanisme de “fuite ou combat” du corps, et il est important de comprendre comment il fonctionne. Il est possible que vous finissiez par ramper à quatre pattes pour l’obtenir, mais il sera approximativement certainement là à la fin. Cela suppose que vous n’ayez pas encore parcouru les cent derniers mètres à quatre pattes !

Leave a Reply

Your email address will not be published.